C’est noël pour Heroïne !

Si vous me suiviez déjà sur l’ancien blog, vous avez peut-être déjà croisé Héroïne et des articles sur la Woufbox. En effet je suis partenaire avec eux depuis de très longs mois et je suis ravie qu’ils continuent de me faire confiance sur ce blog !

Et je peux d’hors et déjà vous dire qu’Héroïne a été ravie de toutes ces nouvelles choses rien que pour elle. Si le contenu vous intéresse, sachez qu’il y a un code promo sur votre première box en fin d’article – mais chut, c’est un secret.

woufbox février 3

La curiosité est un vilain défaut ! Elle a directement senti qu’il y avait des friandises à l’intérieur de cette box, c’est surtout ce qui l’intéresse gourmande comme elle est !

woufbox 7

En premier lieu nous avons des mini bouchées au poisson et au fromage, c’est un format de friandise parfait pour récompenser son chien lors de l’apprentissage d’un tour.

woufbox 5

Nous avons ensuite des bâtonnets à mâcher à la menthe de la marque Vitakraft. Heroïne connaît très bien ces bâtonnets car je lui en donne régulièrement, elle en raffole !

woufbox 6

woufbox février 6

D’ailleurs Madame n’y touche pas avant que je ne l’autorise à le prendre, comme vous pouvez le voir !

woufbox 8

Viens ensuite le produit soin – et oui nos toutous aussi se font beaux ! – Il s’agit de lingettes nettoyantes pour leur doux pelage. Elles sont à 99% d’origine naturelle, sans paraben, sans colorant et sans alcool et ça, c’est vraiment un gros point positif, et en plus elle ont une petite odeur que j’adore !

woufbox février 5

Et en plus elle apprécie quand je la masse avec pour la nettoyer, je n’aurais même pas besoin de me battre avec elle quand elle rentrera avec ces petites pattes toutes sales.

woufbox février 4

Et pour terminer : les jouets ! La box contenait une petite balle de foot qui a déjà été adoptée et qui est déjà dehors pour les jours de beau temps, ainsi qu’un baton en latex qui fait pouet pouet. J’ai pu la photographier avec mais sachez que dès que j’ai appuyé sur le jouet, elle est partie en courant à l’autre bout de la maison, elle a toujours eu une peur bleue de ces jouets qui font du bruit.

woufbox février 2

Mais Woufbox pense aussi à leur maître car dans chaque box il y a le Wouf Mag avec des actus, des conseils et même un DIY ce mois-ci ! Ainsi que le magazine 30 millions d’amis.

Si vous voulez faire plaisir à votre toutou, voici un code qui vous permettra d’économiser 5€ sur votre première box : ambqokpr

 

Et comme moi aussi je suis curieuse, je veux savoir si vous aussi vous avez un animal de compagnie ?

woufbox 9

Heroïne et moi vous faisons de gros bisous ! CoeurdeCanard

Publicités

Thème d’écriture #1 : L’homme au chapeau

Inuguration d’une nouvelle catégorie d’article – oui encore ! – aujourd’hui sur le blog ! Certains le savent peut-être déjà, mais j’écris énormément, que ce soit personnel, pour le blog ou juste des petites nouvelles pour me détendre. Et comme j’ai un énorme projet d’écriture, je me force à sortir de ma zone de confort pour travailler au maximum mon écriture. Il y a quelques semaines, je vous ai demandé sur Twitter des sujets sur lesquels j’écrirais. J’ai eu quelques réponses – que j’ai d’ailleurs toutes notées – et donc j’ai écris un petit texte sur le premier thème que l’on m’a donné : Chapeau. Je l’avoue ça ne tourne pas directement autour du chapeau mais plutôt d’un personnage qui en possède un. Mais je n’en dis pas plus et je vous laisse découvrir ce petit texte si le coeur vous en dit. D’ailleurs n’hésitez pas à me donner des thèmes en commentaires et à me dire ce que vous pensez de ce style d’article, j’en serais ravie. Et avant de vraiment vous laissez, je remercie mon amour de Tiffany pour la signature que vous verrez en fin d’article si vous lisez jusqu’au bout !

___________________________________

Comme tous les vendredis après-midi, je suis assise là, à la terrasse de mon café préféré. Une habitude devenue rituel. L’ambiance y est chaleureuse, un café plutôt chic où les classes s’y mélangent pourtant. J’y reste de nombreuses heures à observer. J’observe les passants, les gens qui viennent y boire leur café, leurs comportements, leurs mimiques. J’y vois souvent les mêmes personnes, j’y vois rarement des familles, j’y vois des gens qui viennent décompresser après leur semaine de boulot, j’y vois des amants qui s’y retrouvent, j’y vois des jeunes amoureux à l’apogée de leur histoire, c’est beau à voir. J’y ai même déjà vu une demande en mariage. Je me suis demandée si cela m’arriverai un jour. Puis il y a ceux qui s’y déchirent, oubliant la beauté du lieu. Aucun d’eux ne se ressemblent, et pourtant ils ont tous un point commun. Ils sont pressés. Ils ne prennent pas le temps. Pas le temps pour ce qui les entourent. Leurs yeux ne se détournent jamais de leur objectif, ils ne se laissent pas distraire. Ils sont tous là pour se détendre et pourtant ils ne le vivent pas en pleine conscience. Ils pensent plutôt à l’heure à laquelle ils vont repartir.

Mais aujourd’hui il y a cet homme qui attire mon regard plus que les autres. Seul, pas de téléphone à la main, ni même une montre pour se soucier du temps qui passe. Il est seulement accompagné d’un café et de son chapeau. Je ne l’ai jamais vu auparavant et pourtant il me semble si familier. Un chapeau melon, noir. Je le fixe tellement que ce noir m’absorbe. Plus je le regarde et plus je le trouve parfait. Ce chapeau épouse parfaitement la forme de son crâne, comme si il avait été confectionné pour lui et pour personne d’autre. Un chuchotement me fais revenir à la réalité. Depuis combien de temps je le fixe comme ça ? Le temps de reprendre mes esprits, la voix que j’ai entendue se fait plus claire. Quelqu’un est venu s’asseoir à ma table, je ne l’ai même pas vu arriver. J’ai à peine le temps de me tourner vers lui qu’il me chuchote « Si j’étais vous je ne fixerais pas cet homme, il est dangereux. » Il n’a pas pris la peine d’attendre une réponse, il est parti aussi vite qu’il est arrivé.

Je demande un autre café au serveur. Mon esprit met quelques temps à tout assimiler. Et c’est le déclic. Cet homme est considéré comme le Baron de la ville, l’homme qui peut avoir ce qu’il souhaite en un claquement de doigts, tout le monde le fuit, personne n’ose le contredire et surtout tout le monde a peur de lui. On le reconnaît à son chapeau, voilà pourquoi il me semblait si familier, c’est ce qui le caractérise le plus quand on me parle de lui. Et malgré ces avertissements qui m’ont été donnés, je continue de le regarder et de l’admirer, cet homme ne me fais pas peur, pas le moins du monde. Certes il a les traits durs, mais rien d’effrayant. Je vois surtout un homme accompagné de sa solitude. Cet homme dit « sans coeur » me ferait presque de la peine, plus qu’une personne lambda. Il a bien vu que j’avais les yeux rivés sur lui depuis longtemps, mais ça n’a pas l’air de le déranger. Il me jette un regard de temps en temps, je le fixe toujours. Il a l’air surpris que je ne détourne pas le regard.

Je n’ai pas vu le temps passer, le café s’est vidé et il va bientôt fermer. Le serveur commence à ranger les tables en terrasse, nous échangeons quelques mots de politesse, je jette un dernier coup d’oeil à l’homme au chapeau, il n’est plus, il ne reste que son chapeau. Je lève les yeux, il a déjà remonté la rue. Sans même me poser de questions j’attrape son chapeau et je cours à tout allure pour le rattraper.

 » – Excusez moi, vous avez oublié votre chapeau.

– Je sais.  » Il a une voix si grave qu’elle me surprend.  » Et je sais aussi que tu me le ramènerais.

– Comment pouvez-vous en être certain ?

– Tu n’as jamais détourné les yeux quand je te regardais, tu n’as pas peur de moi.

– Effectivement vous ne me faites pas peur, mais j’aurais pu le garder ce chapeau, il est vraiment beau et doit coûter une petite fortune. » Il a eu une seconde d’étonnement avant de rire, ce qui m’a encore plus surprise.

– Alors pourquoi me le ramener ?

– Vous m’intriguez, je suis bien trop curieuse. Les gens ont peur de vous et je ne comprends pas pourquoi, vous m’avez plus l’air bien seul que méchant. Et même si vous l’êtes, je les voient vos bons côtés. Vous ne pouvez pas être qu’une mauvaise personne. »

Deuxième air surpris, ça commence à faire beaucoup pour un homme qui ne montre aucune expression faciale.

« – Tu es une femme étonnante. Tu veux vraiment avoir des réponses à tes questions ? Tu n’as qu’à me suivre. Mais ce sera à tes risques et périls. »

Il ne m’a pas laissé le temps de répondre qu’il continuait sa route d’un pas rapide. Il avait piqué ma curiosité à un tel point que je n’ai pas réfléchi une seule seconde et je lui ai emboîté le pas.

 

signature