Quelques produits terminés

Et oui, je reviens avec un article beauté –ce qui devient très rare sur ce blog !– mais j’ai terminé quelques produits qui pour la plupart m’ont bien surprise et dont je voulais vous parlez.

produits terminés

En parlant beauté, j’ai d’ailleurs loupé le rendez-vous mensuel du Save the Friday car mes horaires de boulot ne m’ont pas permises d’aller au bout du projet que j’avais.. Mais je posterais quand même un article sur le thème du mois, même si je suis très en retard. Oups.

produits terminés aderma

J’ai tout d’abord terminé l’eau micellaire purifiante A-derma pour les peaux à tendances acnéiques. Ma peau ne l’est pas vraiment – même si j’ai toujours de vilains petits boutons de temps en temps – mais je l’ai surtout choisie pour son côté purifiant car c’est ce que je cherche le plus pour ma peau. (Toi aussi travaille dans la poussière et ai une peau cracra H24). Je ne m’attendais pas à grand chose, une eau micellaire est une eau micellaire quoi. Et bien non, elle a détrônée toutes celles que j’ai pu tester, même la Bioderma. Elle démaquille en profondeur et rapidement. Et son odeur hyper fraîche pourrait même faire option de lotion tonique. Je la rachèterais sans hésiter !

produits terminés demakeup

Toujours dans le démaquillage, j’ai terminé un paquet de lingettes démaquillantes Démakup pour peaux normales ou mixtes. Je les utilisent seulement quand je pars en déplacement ou quand je sais que je ne vais pas rentrer chez moi – j’en ai d’ailleurs toujours un paquet dans mon sac – et tout comme les cotons de cette marque, c’est devenu un basique. Je teste parfois d’autres marques mais je reviens toujours à celle-ci.

produits terminés estherderm

Viens ensuite un (gros) échantillon du baume absolu repulp de la marque Institut Esthederm. Cette crème est tellement nourrissante et assez épaisse que je l’utilisais dans ma routine du soir. Elle a effectivement un effet repulpant et surtout lissant, elle me donnait une jolie peau de bébé toute rebondie et j’ai adoré l’utiliser. Mais concrètement, 85 boules les 50ml, ce seras sans moi – sauf si un jour j’ai de l’argent en trop mais ça, ça m’étonnerait fortement hein -.

produits terminés rexaline merci handy

J’ai également terminé un soin contour des yeux Rexaline que j’ai été triste de vider car c’est le premier soin contour des yeux où je vois vraiment une différence. Il hydrate vraiment le contour de l’oeil et c’est ce que je recherche le plus – à 21 ans, l’anti-rides c’est pas vraiment mon truc – et il lisse bien le cerne, ce qui me convient également très bien ! Je le rachèterais sûrement une fois que j’aurais terminé celui de Boots que je teste en ce moment.

Et pour finir, le baume à lèvres 100% naturel de Merci Handy ! Alors celui-là je l’ai saigné. J’adore leurs odeurs, il hydrate très bien mes lèvres et j’ai envie de dire, heureusement que j’en ai deux autres d’avance car ce sont ceux que j’utilise le plus ! Et le gros point bonus c’est qu’ils soient évidemment totalement naturels. J’ai également terminés plusieurs de leurs gels anti-bactériens, ils me suivent partout et j’en ai toujours une ribambelle d’avance !

Avez-vous déjà testé ces produits ? Qu’en pensez-vous ? Et quels sont vos derniers produits terminés que vous avez adorés ? Je veux tout savoir !

Bisous en chocolat, CoeurdeCanard

Publicités

Marked Men saison 1 : le coup de coeur inattendu

La lecture et moi, on est super potes. Et encore plus quand il s’agit d’histoires d’amour ! Je deviens faible et je craque très facilement quand on me parle d’amour. Alors quand les éditions Hugo Roman m’ont contactée pour découvrir Marked Men écrit par Jay Crownover sorti le 3 mars dernier, imaginez donc ma joie intense ! J’étais excitée comme un enfant à Disneyland quand je l’ai reçu et je vous en parle tout de suite !

marked men

Synopsis

Lorsqu’elle était adolescente, les très riches parents de Shaw Landon se sont peu occupés d’elle. Elle a alors trouvé refuge dans la famille Archer où elle était particulièrement proche de Remy, frère jumeau de Rule, aujourd’hui décédé dans un accident de voiture. Elle est liée à cette famille plus qu’à la sienne. Mais Shaw est depuis toujours secrètement amoureuse de Rule, ce qui l’empêche d’avoir de véritables relations avec d’autres hommes. Rule, lui, voit en elle une fille à papa, trop sérieuse et surtout la petite amie de son défunt frère. De plus tout les oppose : de nature rebelle et fêtard, il est tatoueur et tatoué, a des piercings et les cheveux de toutes les couleurs. Avec son look classique, elle est sage et concentrée sur ses études de médecine. Mais parfois il suffit d’une jupe courte et de quelques cocktails pour que le regard que l’on porte sur quelqu’un change. Les secrets sont révélés et que rien ne sera plus jamais comme avant… Rule et Shaw tenteront de comprendre ce qu’ils ressentent et d’être ce que l’autre attend. Mais entre les traumatismes de leurs familles respectives, les habitudes de coureur de jupons de Rule, l’emploi du temps chargé de Shaw et son ex qui la harcèle, ces deux-là auront bien du mal à se trouver. Leur amour sera-t-il plus fort que leurs différences ?

marked men saison 1

Mon avis

Je vous l’avoue, le new adult et moi, c’était loin d’être gagné d’avance. Je n’aime pas 50 shades of grey, j’ai apprécié le tome 1 d’After mais sans plus car il y avait trop de clichés à mon goût. Alors pour celui-ci, j’avais quelques apréhensions. Et bien je me suis totalement plantée, et en beauté. J’ai accroché dès le premier chapitre, et bien que ce genre ne soit absolument pas réputé pour être du Shakespeare – c’est donc un genre accessible à tous, même au plus réticents face à la lecture – je m’attendais franchement à pire ! L’auteur a une jolie plume et surtout très addictive ! C’est une lecture alternée puisque d’un chapitre à l’autre, nous avons le point de vue de Rule et dans le suivant ce sera celui de Shaw. Le récit ne traîne pas et je ne me suis jamais ennuyée. Les personnages principaux sont très attachants. On connaît un bout de leur passé dès le début mais au fil des chapitres on découvre de nouvelles choses auxquelles on ne s’attend pas, et qui vont jouer un rôle important dans leur romance. L’auteur nous ouvre également la porte du monde du métal et du tatouage – que je connais quand même légèrement étant donné que c’est un art que j’affectionne énormément – et comme c’est aussi l’une des passions de l’auteur, encore une fois il n’y a rien de cliché, elle fait connaître ce milieu à ceux qui ne seraient pas dedans. D’ailleurs, il y a même une playlist à la fin du roman pour se plonger encore plus dans cet univers, je trouve l’idée géniale ! J’ai été surprise de voir que les personnages secondaires étaient tout aussi présents et attachants, ils ne sont pas transparents et ont tous un rôle important. Et on se les imagines très bien car l’auteur les décrits également en détails, chose rare pour des personnages secondaires. Je me suis attachée à un bout de chacun d’eux – sauf deux d’entre eux car ils sont à claquer mais ceux qui l’auront lu sauront de qui je parle – et j’ai vraiment hâte que le tome 2 sorte – le 7 avril – pour suivre à nouveau toute cette bande !

marked men jay crownover

Citations

« … Mais Shaw envoyait valser l’agréable et donnait dans le baiser qui rend mentalement instable. »

 » Je deviens complètement fou la moitié du temps parce que je me réveille au milieu de la nuit et je tends les bras mais tu n’es pas là. »

 » – ça me fait flipper, Rome.

 – Pourquoi ?

 – Tu sais pourquoi. Une fois que tu laisses quelqu’un entrer, ça te tue quand il part.

 – Mais Rule, les gens qui se soucient assez de toi pour vouloir entrer ne veulent pas partir, normalement. »

_______________________________

Marked Men, saison 1 Rule, Jay Crownover, 440 pages, 17€ – Article sponsorisé

Cette romance vous donne-t-elle envie ? Et quelle est votre lecture du moment ?

Je retourne me plonger dans mes bouquins, bisous sur vos petits becs les canetons, CoeurdeCanard

2 ans sans télé, mon bilan.

En réalité on peut enlever quelques semaines à ces deux ans, mais on ne va pas chipoter puisque même au bout d’un an, le constat reste le même qu’aujourd’hui. Avant même que je ne me coupe de ce monde qu’est la télévision, je la regardais que très peu. Comme je me levais très tôt, j’étais par contre une adepte des dessins animés qui passaient sur les différentes chaînes de la TNT – l’enfant qui sommeille en moi est toujours là -, je regardais également quelques émissions comme Touche pas à mon poste – qui était encore sur France 4, la vieille époque – et parfois quelques jeux télévisés. A cette époque, je la regardais déjà tellement peu que je n’ai pas vraiment de souvenirs de ce que je regardais vraiment. Je finissais par la regarder d’un oeil et d’une oreille, je faisais toujours quelque chose d’autre à côté. J’ai fini par m’y désintéresser totalement et ma télévision était allumée seulement pour avoir un fond sonore quand j’étais seule à la maison. Puis j’ai fini par ne plus l’allumer du tout. Je préférais mettre une playlist que j’adorais et de m’occuper avec des activités qui me plaisait bien plus.

C’est d’ailleurs à cette période que le blogging est devenu l’un de mes passe-temps favoris. Je passais le plus clair de mon temps mon appareil photo à la main et à pianoter sur mon clavier. C’est aussi là que j’ai repris à lire, beaucoup plus, comme quand j’étais plus jeune. J’ai redécouvert cet amour de la lecture qui s’était dissipé et depuis cet amour ne fait que grandir. J’ai remplacé ma télévision par une bibliothèque.

source : Tumblr
source : Tumblr

Regarder la télé ne m’intéresse plus du tout, à l’heure actuelle je considère ça comme une perte de temps. Si je suis quelque part où une télé est allumée, je ne vais même pas tourner la tête pour voir ce qu’elle me propose. Je suis arrivée à un stade où je suis totalement désintéressée, je trouve que, ce qu’elle me propose aujourd’hui ne m’apporte plus aucun intérêt. Je vais être crue mais je trouve les émissions d’aujourd’hui débiles, et même carrément mauvais si je prends l’exemple des télé-réalités. La télévision ne me divertit plus. Les programmes tournent en rond, c’est du vu et revu, également au niveau des reportages, elle ne m’apprend donc plus rien non plus. Et c’est comme ça que j’ai finis par l’abandonner et que j’ai fini par chercher ailleurs de quoi nourrir mon cerveau.

Quand j’en parle autour de moi, ça choque beaucoup car tout le monde est habitué à voir une télévision dans chaque foyer. On me trouve l’excuse de la génération internet puisque j’ai grandis avec, pourtant je connais encore très peu de personnes de mon âge qui ne regarde pas la télévision, même occasionnellement. « Mais du coup t’es pas au courant des dernières nouvelles ? Tu ne regarde même pas les infos ? » Justement j’ai internet pour ça. D’ailleurs ma mère vient souvent me voir pour me parler des nouvelles importantes qu’elle a entendu à la télévision et je lui réponds souvent : Je sais je viens de le voir sur internet. Ne pas regarder la télévision ne fait pas de moi une personne coupée du monde.

Je n’aime plus la télévision, en deux ans elle ne m’a jamais manquée et oui je vis très bien sans la regarder.

Et vous, quel est votre rapport à la télévision ? Je veux tout savoir !

Je vous embrasse, CoeurdeCanard

Chronique de sentiments

Je vais avoir vingt deux ans. Arrivée à cet âge là, je pensais avoir fait le tour des émotions que l’on pouvait ressentir. Et pourtant, ces derniers mois j’ai découvert de nouvelles sensations et j’en re-découvre certaines, mais puissance mille. Le destin m’a fait faire une merveilleuse rencontre le jour de mes vingt-et-un ans, jamais je n’aurais cru qu’il changerait ma vie à ce moment là. Je ne m’en suis rendue compte que ces dernières semaines en voulant poser des mots sur tout ça. Je me suis posée énormément de questions pour en venir à la conclusion que.. J’étais paumée. C’est comme si j’étais les quilles au bowling et qu’il venait de faire un strike. Il a tout chamboulé en une fraction de seconde. Je découvre à nouveau la peur, la peur de perdre un être cher. Il n’y a pas un jour qui passe sans que cette peur ne remonte et me fasse comprendre à quel point ma vie sans lui serait différente et plus difficile. J’ai trouvé un confident, quelqu’un pour m’écouter même si j’ai toujours autant de mal à m’exprimer, une épaule sur laquelle je peux me poser et être sereine. En écrivant ceci je me rend compte à quel point je lui en suis reconnaissante et que je ne lui ai pas dit. Reconnaissante de sa patience à tout épreuve envers moi, je ne sais pas si ça durera – et je le comprendrais – alors j’en profite au maximum tout en travaillant là dessus.

Je contrôle également beaucoup moins ma colère, moi la fille a la patience éternelle. Je démarre au quart de tour et aussitôt je met un coup de frein pour éviter de tout envoyer valser. J’ai la larme à l’oeil bien plus souvent, mais pour le moment, ça, je le contrôle encore. J’ai aussi re-découvert le stress, bizaremment ça fait parfois du bien. Mes sentiments pour lui ont tout fait ressurgir, tous à la fois. J’ai même pas les mots pour décrire ça, c’est démesuré. Un amour démesuré.

J’ai appris à connaître une partie de moi que je connaissais pas, qui je pensais, n’existait même pas : l’instinct maternelle. Je n’ai jamais aimé les enfants, je me disais toujours qu’ils étaient mieux chez eux plutôt qu’à me déranger dans un lieu public. Oui oui à ce point là. Pourtant aujourd’hui je rêve de construire une famille. Ma famille. Mais quand je me dis ça, je me demande si un homme resterait assez longtemps pour ça et je me dis que non, c’est pas possible. Je n’arrive pas à concevoir qu’on puisse s’intéresser à moi, que l’on veuille rester avec moi plusieurs années, voir tout une vie. Je n’ai jamais été une priorité, alors pourquoi ça changerait ? J’ai toujours joué la fille transparente, j’y ai travaillé pour que ça change, mais vraiment je ne me fais pas à l’idée que l’on s’intéresse vraiment à moi.

Je vis à cent à l’heure, le TGV ne va pas assez vite pour moi, je saute de wagons en wagons. Il aurait pû s’arrêter l’été dernier, mais encore une fois ma bonne étoile est toujours là. Si je la croise je devrais la remercier probablement mille fois. Je suis reconnaissante de chaque seconde où je respire encore. Et c’est sûrement pour ça que je ne m’arrête jamais, je termine à peine un  projet que j’en rajoute plusieurs à la liste. Je ne sais pas rester sans rien faire.je m’octroie juste une journée rien que pour moi une fois toutes les deux ou trois semaine, et encore. On me répète souvent que ça me tuera, mais moi c’est comme ça que je vis, c’est comme ça que je me sens vivante. « Ne rien faire » je le considère comme du temps de perdu, je ne vois pas les semaines défilées et pourtant je profite de tout grâce à la pleine conscience.

Il paraîtrait que je pue le bonheur.

signature