Complexes.

Mes cernes. Violettes depuis toujours. Longtemps camouflés sous du maquillage. Longtemps détestés pour cet air de zombie qu’elles me donnent, même quand Morphée me cajole. J’ai finis par les accepter en aimant celles des autres. Terminé le cache-cache avec l’anti-cernes, je les assumes. Puis tous les jours les mêmes questions : « T’as mal dormi ? » / « Tu te drogues ? » Des petits non timides en guise de réponses, un complexe toujours présent. Aujourd’hui je m’en fous, je réponds que c’est juste moi.

Mes cicatrices. J’ai arrêté de les compter. Une peau marquée, irrégulière. Synonyme de douleurs, de traumatismes. Mais ce sont aussi des souvenirs, des bouts de vie, des histoires. Mon histoire. Elles me définissent. Sans elles il me manquerait un bout de moi, je ne peux pas en faire un complexe.

Ma petite poitrine. J’ai longtemps espéré que sa croissance n’était pas terminé. Je l’ai trop souvent considérée comme inexistante. Les autres aussi d’ailleurs vu les remarques que j’ai pu bouffer. Et j’ai justement trop longtemps fait attention à ça. Erreur. Puis ayant déjà des problèmes de dos, j’aurais fais comment pour ne pas souffrir avec une plus grosse poitrine ? J’ai de la chance au final, ça aurait pu être pire. Puis maintenant je la trouve jolie, je les aimes mes petits seins.

Oubliez les codes de la société pour apprendre à vous aimez. Oubliez les remarques que l’on vous fait. Untel n’aime pas ça chez vous ? Un autre les aimeras. Moi je trouve ça beau un défaut. Ça donne du charme, et le parfait ne possède aucun charme. 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s